Frayss Pix - Episode Troisième

Publié le par Johnboy FuRu

     Après un brouhaha général, où tout le monde s'interroge sur la dure réalité qu'endure Papou, tantôt le plaignant, tantôt s'indignant de sa tenue, Kris réagit le plus vite:

 

  • Bon ya plus d'bagnole pour aller en bas donc on va te mettre dans une brouette avec une ptite cale pour descendre le chemin.

  • Ok, c'est parti, rétorque Mosca. On prend la brouette tubulaire.

  • Attendez!! Il faut d'abord plein d'eau froide pour ne pas que la blessure soit profonde!, intervient Emy.

  • Je vais faire couler un bain d'eau froide, lance Philou tout en bondissant.

  • Bon on va te porter jusque la salle-de-bain.

     

 

     Tuuuuut!! Tuuuut!!!

 

- Mais.... Mais... Ils louchent!!! Ils croient que c'est l'autoroute! Qu'est-ce qu'il fait au milieu de la route aussi çui-là!!? 

 

Loïc Beckett connaît quelques difficultés sur les petites routes de l'Aveyron.... Ses adversaires ne conduisent pas vite mais ils prennent de l'espace... Et puis, au bout de quelques dizaines de minutes d'énervement, il fait demi-tour.

 

  • J'ai dû dépasser la bonne route! Et puis ce plan sur internet vaut que dalle!! Et les indications de Bidule ne valent pas mieux!

 

Et oui, Loïc Beckett parle tout seul... ou à sa voiture... Et il tourne à droite après un pont.... mais pas le bon. Pourtant, au fond de lui, il pense que cette fois c'est la bonne route et s'enfonce vers la forêt...

 

    Quelques heures passent à Frayssinous. Papou est finalement revenu de l'hôpital.

 

    L'écran est complétement déroulé, un immense carré bleu apparaît dessus. Lolo s'occupe des derniers branchements pour que les images de la télé s'inscrivent sur la toile. Tout le monde est installé dans la salle commune ; impatient de découvrir l'événement que les médias annoncent depuis des semaines : une météorite, grande comme deux fois la France, doit entrer en collision avec Mars. On a envoyé plusieurs satellites pour observer la collision sous tous les angles. Celle-ci est connue depuis 17 ans. Mais, à l'époque, l'affaire avait été étouffée pour éviter la panique. . On ne savait pas si ce météor pouvait frapper Mars ou la Terre.

Papou n'arrête pas de se plaindre et de dire que « c'est un montage » et qu' on s'fout du monde ». Il est installé sur le fauteuil le plus confortable; la jambe allongée sur une chaise tel un prince vaillant sorti des flammes.

Le présentateur annonce que les images sont........... Coupure de courant. Soupirs...

« Aïe!! » crie Papou. Lolo qui voulait aller voir le compteur s'est écroulé sur sa jambe. Certains rient. Papou gémit. Lolo applaudit.

 

     Sur le chemin pour aller se coucher, Lolotte discutait avec Marie et Vincent, alias Groné, de ce qu'il lui été arrivé. Elle disait qu'elle avait du avoir un malaise car rien n'expliquait l'éclair lumineux qui l'avait assomée. Pourtant au fond d'elle même, ce rêve la hante, plus encore que l'accident bizarre de la voiture, presqu'à lui faire oublier que la météorite va peut être attérir sur la terre cette nuit.

 

  • Si tu veux je t'accompagne jusqu'à ta yourte, lui propose Marie.

  • Je viens avec vous alors, dit Vincent

  • Non, mais c'est bon, j'ai bien mangé, ça devrait aller, dit Lolotte

  • Bon ba, bonne nuit, répond tout doucement Marie

  • Non, mais on ne sait jamais, j'insiste pour te raccompagner, dit Vincent.

     

    Marie fronce les sourcils un peu interloquée, mais y voit une bonne occasion pour cacher les lettres qu'elle a écrit l'après midi même.

     

  • Oui bon, je vais allumer le poêle pendant ce temps, lâche-t-elle en montant l'escalier de la terasse.

 

Ils font quelques pas :

  • Il faut que je te dise que Philou a décrété que notre projet n'était pas faisable, dit Groné à Lolotte.

  • Tant pis, on f'ra sans lui.

  • Et j'ai une question, c'est toi qui a démarré la 205 ?

  • Mais non, je pensais que c'était toi !

  • Tu déconnes ? Et c'est quoi cette histoire qui t'es arrivée ? C'est du pipo ?

  • Arrêtes, j'ai assez la flippe, j'aimerai que ça ne se soit pas passer. En fait je pense que je ne vais pas dormir.

  • C'est dingue ! Enfin, heureusement que Marie ne se pose pas plus de question...

  • Ouaiff, dit Lolotte pas très convaincue. Peut-être que Philou lui a parlé.

  • Oh la la .. Bon on est arrivés. A demain, on fait comme on avait prévu.

  • Hum hum.. A demain.

 

 

   Environ au milieu de la nuit. Après 3 coupures successives d'électricité, la plupart des gens sont allés se coucher. Le rétro-projecteur a crâmé. Mauvaise journée, la déprime gagne les esprits. A cette heure-ci, ils dorment tous ou presque. Seul subsiste Kris. Il se trouve dans la bâtisse surnommée « Boulange ». Il est au premier. Le rez-de-chaussée justifie à lui seul le nom. S'y trouve effectivement le four à pain. Mais à l'étage... A l'étage cela fourmille d'ordinateurs et de câbles, de vibrations et de courants d'air. Et devant un écran, il y a Kris. Comme tous les soirs, il est là, un casque sur les oreilles, planté devant Pacman. Son rêve: atteindre le niveau 4. A côté de lui, dans un fauteuil, sommeille Karine qui, dans un élan de folie, se tente l'intégrale de Santa Barbara. Kris a été gentil, il a éteint l'ordinateur devant lequel elle dort et a déposé sur elle un vieux duvet qui traînait par terre.

 

    Mais... Kris n'est pas le seul à être éveillé à cette heure avancée. Séb se trouve aux abords de l'abreuvoir. Armé de sa lampe frontale ainsi que d'une pelle et d'une pioche, il semble chercher quelque chose. Ca y est, c'est là. Il a trouvé ce qu'il cherchait. Un carré de terre fraîchement travaillé au bout duquel dépasse un bout de tuyau. Séb se met à creuser. Au bout d'un moment, il sourit devant ...

 

   Pour Loïc Beckett, qui a perdu le sens de l'orientation depuis que la nuit est tombée, la situation le dépasse. Il insiste pour trouver ce hameau de rêve tant attendu, comme magnétisé mais les routes se ressemblent trop. Il a l'impression de passer plusieurs fois sur les mêmes routes. Sa tête lui tourne un peu, il décide de s'arrêter pour dormir.

 

   Dans sa yourte, FuRu ne dort que par intermittences. Son dos le fait souffrir et il ne sait dans quelle position se mettre afin de trouver le sommeil. Se mettant en chien de fusil, il s'endort au bout de quelques minutes. Peu après, il s'éveille en sursaut, trempé de sueur. Il a de vagues souvenirs de son rêve: un type qui lui fait un signe de la main, des gladiateurs qui le trainent, sa mère faisant la queue à la caisse de Promocash, son corps coupé en deux.... Soudain, une douleur extrême lui lance le bas du dos, effaçant les dernières bribes de son rêve. FuRu est exténué; il pleure.

 

    .... Clément qui se tortille pour se défaire du célophane qui l'entoure tout en crachant la terre qui lui était entré dans la bouche par le tuyau.

 

  • Wah putain! Mais Séb qu'est-ce que tu fous?! J'avais demandé à ce qu'on me laisse au moins 5 jours cette fois! Merde, ça fait à peine 2 jours que j'suis enterré!!

  • Vas-y Clém, calmos, faut qu'tu viennes; ya l'électricité de la maison qui foire à fond, faudrait qu'tu la répares pour demain.

 

Séb aide Clément à se sortir du trou et à se dévêtir de son emballage.

 

  • Fait chier, ya pas moyen de passer du temps tout seul ici.

  • Attends, faut qu'j'te raconte, il s'est passé plein de trucs de ouf aujourd'hui. D'abord ya eu la 205....

 

Séb s'interrompt. Un cheval arrive vers eux au galop. Il n'est plus qu'à une vingtaine de mètres. Tout à coup, le cheval dérape, fait quelques roulades et s'écrase contre un chêne.

 

  • Putain, c'est quoi ce délire! Vas-y, on va le voir. File-moi ta lampe.

 

Séb ne réagit pas, il tremble. Clément l'agrippe par le bras pour le faire réagir. Séb ne bouge toujours pas. Clément avance seul vers le cheval lorsque celui-ci explose.

 

 

 

 

Publié dans Frayss Pix

Commenter cet article