Ode à une courgette

Publié le par Johnboy FuRu

ODE A UNE COURGETTE

 

 

     J'errai comme un instant tranquille dans la vie d'une courgette. Mon pouce me parler de cha-cha-cha et je lui répondais que je m'en fichais de ça, de ça et de ça. Des candidats de Koh-Lanta se battaient dans une vitrine de chaussettes pour chiens. Une ode à l'ulcère me passa par la tête et je me mis à la fredonner. Et tous ces Jacques Ballutin pleurant devant chaque panneau « stop »...

Pierre-Auguste Renoir mesurait son sexe à l'aide de dissolvant; cela ne l'empêchait pas de rire aux éclats d'une blague que personne ne racontait. La cessité cessa toute activité lorsqu'untel éternua et tout me parut soudain plus clair. Ulysse revint puis fit demi-tour. Et comment faire pour ne pas remarquer ce Tchétchène, les bras cloués aux jambes, qui dégustait des photos d'Anne Sinclair tout en essayant de s'enfiler un ornithorynque dans l'oreille.

     Je me laissai traîner un instant tranquille dans le sexe d'une courgette, me disant que ça manquait d'

épinards.

 

 

(texte écrit en 2007 un samedi après-midi dans une galerie d'art où je travaillais)

Publié dans divers textes

Commenter cet article

Wood 18/04/2009 12:44

Oooooh toi tu as du voir "La Saveur de la pastèque"
de Tsai Ming-Liang, non?.........Cochon va!